MaisonAutonome.com

L'objet de ce blog est l'échange d'infos, d'idées et de concepts à propos de l'écoconstruction en général et de mon projet de maison autonome en particulier. MON PROJET : UNE MAISON ECOLOGIQUE ET AUTONOME A 150 % Au programme: éolienne, panneaux solaire, puits canadien, récupération de l'eau de pluie, VMC double flux, capteur solaire Breton, isolation ecologique, etc...

CHAUFFAGE / VENTILATION

Publié par Marc GIRONCE sur 4 Avril 2014, 22:00pm

Catégories : #CHAUFAGE - VENTILATION

AVRIL 2014

Le puits canadien fonctionne toujours très bien et les températures annocées précédement sont toujours valables. J'ai quand même changé de ventilateur pour un modèle 12V plus puissant trouvé chez Nord-Auto , vous savez, les ventilateurs avec une grosse pince pour faire de l'air frais dans une voiture. C'est surtout utile en été pour rafraichir la maison avec une ventilation assez puissante.

J'ai fait un essais de capteur à air, mais ça n'est pas très concluant, il faut vraiment beaucoup d'air chaud pour élever la température ambiante de seulement 1 ou 2°.

Un petit problème technique auquel je n'avais pas pensé, c'est que j'avais mis un petit ventilateur 12V qui aspirait l'air du capteur pour l'envoyer dans la maison, évidement, le ventilateur n'a pas supporté la température de l'air qui pouvait monter à 65°. Je ferais sans doute un  autre essais en installant le ventilateur à l'entrée du capteur et non à la sortie.

 

 

JUILLET 2011

Mon puits Canadien fonctionne depuis 2009 avec un petit ventilateur 12V d'ordinateur, ce qui est largement suffisant. J'ai même installé un régulateur de vitesse sur le ventilateur pour pouvoir diminuer le flux d'air en hiver qui arrive dans la maison à 9 / 10°, la maison est donc toujours hors gel, et l'été entre 16 et 17°, ce qui est très appréciable quand il fait trop chaud dehors.

Je ne suis pas sûr d'avoir besoins d'une double flux, car en hiver je ventile très lentement et l'air à 10° ne refroidit pas beaucoup la maison qui est super isolée avec 30 cm d'ISONAT PLUS (laine de chanvre et laine de bois) et maintenant l'isolation du mur Est par l'extérieur (30 cm avec des matelas en mousse récupérés à la déchetterie) dans l'atelier qui crée un espace tampon tout le coté Est.

 

Coté chauffage, la dalle du capteur solaire breton n'est pas encore réalisée, et je chauffe le grenier amménagé provisoirement avec un petit poele à bois équipé d'un four. Ces 2 derniers hivers, j'ai consommé 1 stère 1/2 par hiver, soit une demi corde, en ayant parfois jusqu'a 27° dans la maison quand je mettais une trop grosse buche, ce qui m'a permis de constater que la neige ne fondait pas sur le toit ni sur les fenêtres de toit en triple vitrage malgré ces 27° dans la maison.

Le petit coin chambre est tellement isolé que cet hiver par - 7° dehors, il faisait 14/15° le matin sans chauffage et après 5 mn de gazinière pour chauffer l'eau du café il faisait 18°.

Je pense qu'un capteur solaire à air pourrait suffire à chauffer la maison quand il y a du soleil le matin même en hiver. (à suivre)

J'ai fait quelques essais avec des résistances chauffantes 12V dans l'arrivée d'air du puits canadien et je gagne façilement 4 à 5° mais ça tire sur les batteries et je vais essayer de faire une dérivation pour brancher les résistances directement sur les panneaux photovoltaïques.

 

L'eau chaude est maintenant produite essentiellement par mon capteur solaire de 2 m² installé provisoirement coté Est en thermosiphon et orienté verticalement à 65°. Cet été l'eau monte à 60 / 65°, et ce printemps j'ai eu 82°. J'ai utilisé un petit chauffe-bain à gaz butane cet hiver, mais il n'a servi qu'une dizaine de fois pour la douche car l'eau du ballon solaire de 160 litres est rarement descendue à moins de 32°, ce qui est suffisant pour prendre une douche. (et pourtant je suis frileux)

 

BALLON4623

P SOLAIRE5517

Les deux capteurs solaires, thermique à gauche et photovoltaîque à droite, installés provisoirement...

 

====================================================================

 

Dans mon projet il est prévu une véranda bioclimatique au Sud avec dalle absorbante de 40cm recouverte d'ardoises, ventilation controlée pour chauffer la maison et stores réglables + aération l'été.

 

Le système de chauffage de base sera un Capteur solaire Breton: Récupération de l'air chaud sous la volige du toit en ardoise pour chauffer une dalle au rez de chaussée de 1m d'épaisseur de gravier et sable compactés isolée avec du liège. Le chauffage de la dalle se fait par un tuyau de 10cm de diamètre noyé en serpentin dans la dalle dans lequel on insufle l'air chaud ( quand il y a du soleil ) avec un petit ventilateur ( chauffage par le sol très basse température ).
Il faut environ 2 ou 3 années pour charger au maximum la dalle en calories et j'espères bien atteindre une température ambiante de 16 à 18° en isolant la maison en grande partie par l'extérieur.

Ne vous inquiétez pas pour l'été !
Si le sol est à 22°, par exemple, et l'air à 25° ou plus, le transfert thermique se fera de l'air ambiant vers le sol, et donc, pas de sensation de sol trop chaud.

Francis LEBRIS ( de Locoal-Mendon ) à accepté de suivre le projet et de collaborer comme "Conseiller".

 

Voir le texte explicatif du " CAPTEUR SOLAIRE BRETON " ou " CHAUFFAGE SOLAIRE ACTIF A ACCUMULATION " en bas de cette page.

( reproduit avec l'autorisation de Francis LE BRIS )

 

Une conférence de Francis LE BRIS sur le capteur solaire Breton.

Cliquer sur:  CONFERENCE SUR LE BIOCLIMATIQUE

 

 VMC DOUBLE FLUX

Suite à la lecture des commentaires et de mails que j'ai reçu, je pense nécessaire de reprendre les choses du début, à savoir: une VMC, est-ce que c'est écologique et ça sert à quoi ?

 

Si on poursuit le but d'avoir une maison la plus autonome possible, il est donc nécessaire:

  • De très bien l'isoler thermiquement.

  • De la refroidir le moins possible (en hiver).

  • De la chauffer en consommant le moins d'énergie possible et en polluant le moins possible.

 

Ce qui donne généralement une maison assez hermétique, même avec des matériaux isolants écologiques qui sont censés respirer ou plutôt "PERSPIRER", ce qui est très différent, et si en plus elle est toute petite, le volume d'air intérieur ne se renouvellera pas suffisament rapidement, sauf si on ouvre les fenêtres quelques minutes toutes les heures... (perso, j'ai pas trop envie)
Et pourtant, nous devont respirer !

J'ai lu quelquepart qu'un être humain utilise environ de 12 à 15 m3 d'air par jour, inutile donc de renouveler 90 m3 ou plus par heure même pour plusieur personnes (ce qui m'a été confirmé par un architecte expérimenté).

Evidemment, pour ceux qui ont des vieilles fenêtres à courant d'air et des portes qui ferment mal, une VMC ne sert pas à grand chose, quoi que ... dans certaine régions et notamment en Bretagne, il y a le "RADON" ( gaz radio-actif ).

Si on fait entrer de l'air de l'extérieur de la maison, il y a de grandes chances qu'il soit très froid en hiver et trop chaud en été. Donc, l'idée de base de la VMC double flux couplée au puits Canadien ou Méridional est de compenser çà ...

Rien n'empêche, bien sûr, de coupler les 2 systèmes seulement à certains moments de l'année.

Même si on utilise une VMC simple flux, c'est à dire une simple aspiration de l'air intérieur pour le rejeter à l'extérieur ( principe de la hotte aspirante ), la maison sera en dépression et aspirera elle-même de l'air venant de l'extérieur par les joints des portes et des fenêtres et par toutes les ouvertures disponibles ( cheminée, défauts d'étanchéité ), donc froid en hiver.

Je crois qu'il est généralement admis qu'une VMC simple flux augmente la facture de chauffage de 30% ! Bonjour les économies ...

Dans le cas d'une VMI ( Ventilation Mécanique à Insufflation ou VMC positive ), c'est la même chose, l'air arrive de l'extérieur et il faut bien le réchauffer d'une manière ou d'une autre ( dans le cas de la VMI, un chauffage électrique, donc nucléaire ) et la maison étant en surpression, l'air chaud va sortir vers l'extérieur d'une manière ou d'une autre.

Seul avantage, avec une cheminée ou un poêle, moins de risque d'être enfumé, et c'est mieux pour éviter le RADON.

Ce qui me fait penser qu'une bonne VMC double-flux devrait être réglée pour provoquer une très légère surpression de la maison, ce qui est façile à réaliser en augmentant ou diminuant la perte de charge dans les conduits.

Donc, pourquoi perdre les calories contenues dans l'air vicié qui sort de la maison alors qu'on peut les récupérer avec un échangeur thermique.

Bon, d'accord, je suis un joyeux bricolo-écolo, et je n'ai pas les moyens de recherche des multinationales, mais pourtant, le système D, ça marche !

L'idéologie dominante consistant à nous faire croire que nous sommes tous des incapables de faire quoi que ce soit d'intéressant sans la puissance de l'informatique et des experts ne m'a jamais paralysé !

Je ferai donc mon échangeur thermique moi-même et si le rendement n'est pas très bon, ça n'est pas grave, ce sera toujours ça de pris ! ...

Dans ma maison autonome, les ventilateurs seront alimentés en 12V par les panneaux photovoltaïques et l'éolienne, mais j'essaierai sans doute un système d'entrée d'air passive dans mon puits canadien avec un système de cheminée qui s'oriente dans le sens du vent comme celui de "Bedzed" à Londres.

 

 

CAPTEUR SOLAIRE BRETON

CHAUFFAGE SOLAIRE ACTIF A ACCUMULATION
    (SYSTÈME A CIRCULATION D'AIR AVEC ACCUMULATION EN MASSE THERMIQUE SOUS L'HABITAT) par Francis LEBRIS


CLAUSES GÉNÉRALES
Préambule important : ce système est très simple dans son fonctionnement et sa réalisation pratique, même pour des particuliers bons "bricoleurs". Néanmoins, l'étude technique qui permet sa conception et son dimensionnement est complexe et assez lourde à mener. J'attire l'attention sur le fait que, pour que ce système fonctionne bien, il faut que  la conception architecturale et technique du bâtiment soit menée de manière globale en tenant compte de nombreux éléments cumulés. En conséquence, cela ne supporte pas d'approche approximative….

Nota : ce système ne doit pas être considéré comme un système de chauffage au sens classique. Il faut le considérer plutôt comme un régulateur thermique constituant un complément efficace dans un bâtiment conçu suivant les principes de l'architecture solaire passive. Il limite à la fois les baisses de température d'hiver et les surchauffes d'été, apportant un plus évident à l'usage en matière de confort et d'économie. Les expériences et contrôles  réalisés sur les premiers chantiers ont montré, en autres, qu'en cas d'inoccupation prolongée en plein hiver, la température d'ambiance, sans chauffage d'appoint, d'une maison bien conçue dans ce cadre ne descend pas en dessous de 13/14°, grâce à l'action conjuguée des apports passifs et de la masse thermique.
   
PRINCIPE :       
        L'air chaud est capté soit directement sous la toiture (si matériaux de couverture compatibles), soit par l'intermédiaire d'un ou plusieurs capteurs à air réalisés sur place ou bien encore directement dans le volume intérieur du bâtiment (dans ce cas, le système sert aussi de possibilité de rafraîchissement d'ambiance l'été).
        L'air chaud, chaque fois qu'il est disponible, est mis en circulation par un ou plusieurs ventilateurs dans un ou plusieurs réseaux étanches réalisés en tube pvc de  type NF EU,  qualité CR4 pour les parties enterrées, Ø 100mm.
        La régulation se fait à l'aide d'un ou plusieurs thermostats à  consignes réglables. Il peut en outre être installée une sonde de limitation de température de sol pour éviter les éventuelles surchauffes d'été, mais, si les calculs de transfert et de capacité de stockage sont correctement menés, cette solution n'est pas nécessaire. Néanmoins, si une surchauffe occasionnelle du bâtiment  apparaissait (canicule prolongée), il sera toujours possible d'arrêter le transfert en coupant l'alimentation des ventilateurs au niveau du tableau électrique.
        La masse située sous le bâtiment se comporte comme un accumulateur/régulateur thermique permanent qui peut absorber des surplus de chaleur interne (période de canicule ou de forts apports passifs) ou bien, peut rayonner comme un plancher chauffant à très basse température (+/- 22/23° maxi). L'émission se fait alors par différence entre la température du sol et celle de l'air ambiant des pièces. Si l'architecture est correctement adaptée à ce système, il se produit un phénomène d’autorégulation grâce aux transferts thermiques qui se produisent dans un sens ou dans un autre en fonction de la température ambiante des locaux : lorsque la température intérieure de la maison est supérieure à celle du sol (cas fréquent grâce aux apports solaires passifs ou en période d'été), le transfert se fait dans le sens d'un complément d'accumulation dans la partie haute de la masse thermique; à l'inverse, plus la température intérieure de la maison baisse (ce qui est le cas l'hiver surtout dans les périodes d'inoccupation ou bien encore la nuit), plus le sol peut émettre de manière importante. En saisons froides, les apports passifs sont en partie stockés dans la partie haute de la masse et peuvent être en partie restitués pendant la nuit, évitant ainsi une relance importante du système de chauffage d'appoint. Enfin, il faut souligner que le fait de capter l'air chaud sous la toiture limite les risques de surchauffe à l'étage l'été.

MASSE THERMIQUE :
        Réalisée sur environ un mètre d'épaisseur entre le sous sol naturel (température constante d'environ 13° en Bretagne à un mètre de profondeur) et le sol fini de la maison, elle est seulement isolée en pourtour grâce à la mise en place, sur la hauteur du soubassement et sans pont thermique d'un isolant efficace (R=2.5 minimum souhaitable).
        Elle est chargée grâce à l'air chaud venant du captage qui circule dans le ou les réseaux en tube pvc et ce tout au long de l'année, chaque fois que l'air atteint la température minimum de fonctionnement (27/28° au point de captage).
        Cette masse se comporte comme un accumulateur/régulateur thermique : elle absorbe et restitue la chaleur emmagasinée en fonction des différences de températures. L’émission vers l'espace de vie est proportionnelle à la différence de température entre le sol et l'ambiance.
        La masse thermique est constitué généralement par du remblai en matériau de carrière (naturel ou concassé) de granulométrie 0/20, soigneusement compacté par couches successives à la machine vibrante (le "sable" naturel d'arène granitique convient parfaitement). Le matériau utilisé doit permettre à la fois les échanges thermiques et le stockage de chaleur, mais aussi être incompressible une fois compacté pour que la dalle "flottante" réalisée en béton armé (ou en béton de chaux armé avec du bambou approprié, en cas de construction très "écologique") ne subisse pas un affaissement ou une fissuration. J'attire d'ailleurs à ce propos l'attention sur le fait que la dalle, posée sur la masse thermique et indépendante des murs, doit être totalement désolidarisée de toute structure porteuse (murs, poteaux, refends etc….). Seules les cloisons pourront être portées dessus ainsi que les charges courantes d'exploitation (jusqu'à 350kg/m² en charges uniformément réparties). Il faudra donc prévoir des renforcements en cas de charges ponctuelles très lourdes (poêle de masse par exemple). Il est en outre important de vérifier la nature du terrain naturel sur lequel est implanté le bâtiment pour valider les options choisies en fonction de ses caractéristiques. Enfin, il faudra veiller, comme dans toute construction, à ce que le problème des remontées d'humidité soit correctement traité.

MATÉRIEL :
        Ce système nécessite l'utilisation de peu de matériel donc il induira peu d'entretien et de maintenance. Il comprend :
-un ou plusieurs ventilateurs type "centrifuge de gaine à flux d'air rectiligne" Ø100
-un ou plusieurs caissons avec filtre à poussière (si captage direct sous toiture)
-un ou plusieurs thermostats de pilotage à double réglage (marche/arrêt)
-une sonde de limite de température de sol (facultative)
-des composants d'installation électrique : contacteur(s) et câblages
-un ou plusieurs réseaux en tube pvc Ø100 avec raccords équipés de grilles anti-insectes sur les points d'aspiration et de refoulement. Les réseaux enterrés devront être collés et parfaitement étanches pour éviter les risques d'inondation en cas de terrain très humide ou de remontée de nappe phréatique. De plus, dans certains cas, il faudra prendre en compte des risques de condensation et créer des dispositifs adaptés pour traiter ce problème.

CAPTAGE ET CIRCULATION D’AIR :
        Ils peuvent s'effectuer de trois façons :
    1- Captage direct sous toiture (circuit ouvert) :
Si les matériaux de couverture le permettent (ardoises sur liteaux, tuiles plates de couleur foncée, lauzes foncées, bacs acier ou zinc foncés....), l'air chaud peut être capté directement sous la toiture en partie haute et est mis en circulation dans un ou plusieurs réseaux (boucle) grâce à un ou plusieurs ventilateurs pilotés par des thermostats. Dans ce cas il faut filtrer l’air pour ne pas laisser la poussière encrasser le réseau et il faut également prévoir, dans certains cas, l'évacuation des éventuels condensats.
    2- Captage par panneau solaire à air (circuit fermé) :
Dans ce cas l'air se réchauffera dans un ou plusieurs capteurs constitués par des châssis fixes vitrés (double vitrage simple monté dans des cadres en bois ou en aluminium à rupture de pont thermique). Techniquement, il s'agit de réaliser de simples verrières comme pour les vérandas. Sous les châssis, il sera réalisé un caisson isolé et étanche. L'air emprisonné dans le circuit fermé devra être sec (assèchement artificiel possible suivant le moment de la mise en oeuvre) pour ne pas générer de phénomènes de condensation. L’air est mis en circulation dans un ou plusieurs réseaux (boucle) grâce à un ou plusieurs ventilateurs pilotés par des thermostats.
    3- Captage à l'intérieur du bâtiment (circuit ouvert) :
Il peut être judicieux dans certains cas d'utiliser l'air intérieur (cas de maisons très vitrées sans protection solaire par exemple) pour à la fois transférer de la chaleur vers la masse et en plus rafraîchir une ou plusieurs pièces. Néanmoins, il faudra veiller à ce que la qualité de l'air (respirable par les occupants dans ce cas de figure) reste correcte ce qui amènera parfois à adapter une filtration particulière.


SYNTHESE HABITAT  -  FRANCIS LE BRIS
Conception architecturale et technique  - Habitat bioclimatique et écologique
Maîtrise de l’eau, de l’air et de l’énergie - Géobiologie - Feng Shui
Conseil - Etudes - Maîtrise d’œuvre
Tel : 02 97 24 60 81 - Fax : 01 73 72 93 77 - Courriel : f.lebris@wanadoo.fr


 

Si vous voulez que ce site soit vraiment interactif, laissez un commentaire !

Les commentaires peuvent êtres lus par tous en cliquant sur "commentaires" ci-dessous et donc enrichir l'échange d'informations, par contre pour les questions particulières, merci de me contacter par mail  (voir contact).

Commenter cet article

Sierra Vista ac repair 27/08/2015 06:48

You fully match our expectation and the selection of our data.

Masoandro 19/04/2015 19:54

Bravo pour ce gros travail dinformation , ce sera une source d inspiration de reflexion et de realisation

plombier paris 26/01/2015 20:18

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

HIS Heating and Air 27/10/2014 07:40

If you should be opting for finest contents like me, just visit this blog site daily because it provides the feature contents, thanks.

National Air Warehouse 25/08/2014 12:57

This is so great I really didn’t have any information before.

poeleaboismaison 14/04/2014 16:12

Bonjour, félicitation pour votre projet. j'aimerais aussi arriver à ce résultat (maison autonome). Pour l'instant nous vivons dans une maison BBC et nous effectuons petit à petit des travaux pour arriver d'ici quelques années à un résultat proche du votre. Nous avons un chauffe eau solaire et bientôt des panneaux photovoltaïques. Un récupérateur d'eau de pluie pour tout ce qui est eau sanitaire et un phyto lagunage. Et bien d'autres projets encore. Alors bon courage à vous et à très bientôt.

snoring aids 26/03/2014 13:10

HEATING / VENTILATION, very good and educational share you have made here about the efficient and clean source of energy that will ensure minimum pollution and waste for the people. all i can say is that the article is great and i will visit the site again for more of such updates.

dedelreu 09/03/2013 13:59

Magnifique votre très gros travail que j'admire.
De très bonnes solutions, mais vous n'indiquez pas si vous avez calculé les capacités thermiques de votre dalle de 1m d'accumulation, qui à mon impression ne peut pas conserver la chaleur entre été
et hiver, comme réalisé sur le site www.dlsc.ca en fonction depuis 2007 , bien plus froid, Canada, 1000m d'altitude, (lire le pdf en Français, site que j'admire et aimerait reproduire en plus
simple) et qui adapté en France, même pour un seul pavillon, avec quelques trous fins en terre gratuite à 10m de profondeur, sans la remuer du tout, permettrait de chauffer tout l'hiver les maisons
anciennes sans changer grand chose, avec la chaleur solaire de l'été, conservée sous terre, sans aucun CO2 ni pollution.
Vous êtes un des très rares à approcher de cette solution, mais la taille et la profondeur de votre dalle me parait un peu faible. Quelle est son volume. Avez vous calculé ses caractéristiques
thermiques, capacité, pertes, et constantes thermiques, puis mesuré.
Vu vos environs forestiers, vous avez beaucoup de bois autour à ramasser, et j'admire votre courage et votre travail, car avec tout ce bois, gratuit, suffisant pour chauffer, je n'aurais jamais
entrepris votre travail très approfondi.

ROCCHETTI 21/07/2012 17:34

Je trouve vos analyses et vos idées super-géniales, si je dois construire une maison autonome économe, écologique, je ferais sans aucun doute appel à toutes vos connaissances et idées géniales.
Je vous souhaite bonne continuité dans votre logement autonome.
Cordialement.

Antoine 24/05/2012 15:24

Bonjour,

Très intéressant ce site. Je travaille également à la réalisation d'une maison autonome. C'est un travail très complet et très interessant.
Je planche en ce moment sur la VMC double flux autoconstruite. Je crois que je vais m'orienter vers un échangeur à flux inversé, en feuilles d'aluminium assez fines (pour réduire le coût)comme
celle avec lesquelles on fabrique les barquettes alimentaires.
J'ai aussi travaillé sur la récupération de l'énergie des eaux usées, j'ai écrit un post ici:

http://lafamillecreative.blogspot.fr/2012/03/la-vmc-double-flux-cest-pour-lair-et.html

J'ai pensé à quelques idées pour l'autonomie électrique:
- allier des supercondensateurs aux batteries pour cumuler les avantages des 2 technologies (rendement/capacité)
- se servir du frigo comme système de stockage d'énergie (différentes température de déclenchement en fonction de la production d'énergie)
- micro-cogénération (éléments peltiers sur le poële à bois)...

En tout cas, merci pour votre site et ce merveilleux partage
A+
Antoine

Féger 27/06/2011 20:05


J'ai un grand pan d'ardoise au Sud. Je me demande s'il ne serait pas interessant de prendre l'air sous la couverture pour ventiler les chambres . En effet j'ai remarqué que l'ardoise tiédit très
rapidemment même par temps froid, pourquoi prendre l'air dans les huisseries de fenêtre directement dehors ?


veldeman yann 15/03/2011 23:58


hello félicitations beau boulots! suis également intéréssé par l"achat de panneau solaire 2 ou 3 130 ou 150 Watt avez vous trouvez les votres? effectivement rainbow shop me semble pas mal! aurait
tu une otre propositions? merci cordialement. yann.


BARCET 05/03/2011 17:36


Bonjour,

Vraiment bravo pour votre démarche.

Je suis très intéressé par le procédé du Capteur Solaire Breton.
J'ai effectué quelques recherches internet à ce sujet, mais je n'ai pas trouvé de retour d'expériences sur quelques années.
pourriez vous m'indiquer des lieux où se système est mis en place avec succès.

Je vous remercie beaucoup.

Patou


Marc 20/02/2011 22:04


Bonjour,
Bravo pour ton site. Je suis arrivé sur ce site complètement par hasard et j'ai le même projet dans mon pays (hautes Cévennes). Je vois que nous avons les même difficultés et que rien n'est facile:
il faut tout bricoler. Merci pour toutes tes infos. Dès que je suis à la retraite je m'y mets et j'aurai besoins de conseils++++


yool 20/01/2011 07:44


Bonjour
Tout d'abord félicitation pour votre démarche écologique et je vous applaudi bien fort pour votre blog qui est une source d'inspiration formidable. Concernant ce fameux capteur solaire breton qui
me parait être une excellente idée,peut il fonctionner sans ventilateur,simplement par thermosiphon?Je ne suis pas expert en la matière,mais si cela fonctionne bien avec de l'eau pourquoi cela ne
fonctionnerait il pas avec de l'air?
Bien amicalement et encore merci de nous faire partager vos expériences.
Yool


E Pineau 23/01/2010 19:16


Bonjour,
nous avons un projet de rénovation/extension et nous réfléchissons entre puit canadien, tunnel à galets, captage chaleur de la toiture ardoise... ou mix de tout celà !
Merci pour votre partage d'expérience, c'est intéressant et instructif.


Laurent 30/12/2009 09:42


Bonjour,
l'idée de ralentir le débit d'une VMC me plait bien car je trouve désaréable un air trop sec dans une maison, sans parler des pertes de calories....Est ce qu'il y a moyen de ralentir
"artisanalement"une VMC ou vaut-il mieux en prévoir une dont le débit est réglable (si celà existe)...


Mariane S. 03/11/2008 18:53

Je muris un projet de rénovation dans le Beaujolais depuis maintenant depuis plus de deux ans ... j'ai bien fait d'attendre et surtout me convaincre malgré tout ce que l'on me dit que l'on peut rénnover passif ... je crois beaucoup au chauffage passif breton, je cours demander quelques explications à Mr Le Bris dont j'ai vu des réalisations anciennes dans la Revue habitat naturel. Bon courage pour votre projet. Ecologiquement vôtre.
Mariane
Une viticultrice beaujolaise en bio.

La Chevaleyre 07/06/2006 15:22

attends, j'ai oublié le lien ! http://www.herzog.nom.fr/

La Chevaleyre 07/06/2006 15:22

Moi aussi je voudrais savoir comment ça marche un capteur solaire breton, car j'en ferais bien un auvergnat. Voici un site qui devrait répondre à la plupart de tes questions sur le puits canadien, l'isolation, les toilettes sèches et plus encore. C'est très complet presque trop !! En tous cas bon courage pour les travaux.

miniac 28/04/2006 15:34

Bonjour,

Avec 6.5 ha de terrain, tu peux installer un chauffage avec chaudière type fioul (plancher chauffant basse temperature) MAIS fonctionnant à l'huile de colza, autoproduite sur les 6.5ha, et qui sert également de carburant pour le tracteur (autorisé) et la voiture (interdit en france, detaxé en allemagne, va comprendre charles...).

Le colza pompe tres bien l'azote et donc le nitrate breton :) A voir si la nature de ton sol convient

JEFF 06/11/2005 21:15

bravo pour ton projet, l'idéal serait que toutes les personnes qui pensent comme nous se retrouvent au sein d'un même village ou hameau , D'aprés ce que tu écrit si tu utiliseS un bonne isolation soit environ 200 mm de laine de bois type PAVATEX tu ne devrais pas avoir besoin de moeyn de chauffage surtout que la surface de ta maison est trés petite donc un trés petit volume à chauffer à titre d'exemple en Suéde ils réalisent de telles maisons ou ils n'ont aucun moyen de chauffage , cela s'appelle des maison basse énergie le concept se dévelloppe d'ailleur en Allemagne au luxembourg en belgique en suisse ect bon courage

titus02 31/10/2005 16:10

bonne chance,j'ai un projet similaire en Picardie mais je prefererais m'orienter vers un troglodyte avec yourte provisoire le temps de l'amenager.Pour ta conso electrique renseigne toi sur les diodes
led,il en existe desormais en lumiere blanche,facile a manipuler et consommant 100 fois moins que les eclairages dit économiques pour la meme puissance lumineuse.bonne chasse,bonne chance

Marc 31/07/2005 18:00

Merci du conseil !
Je sais qu'ils feront tout pour empêcher les gens de s'installer loin des bourgs, mais je ne désespère pas, je vais me renseigner car je connait justement quelqu'un qui travaille à la DDE...
A suivre ......................

Pierre 14/09/2014 17:50

Ha ça c'est clair, ils ne veulent pas de gens loin des centres villes, même pour des propriétaires existants ça devient difficile d'être aux normes... Alors que bon la plupart des gens qui s'éloignent des centres sont souvent des gens en phase avec la nature...

herr_ober 20/07/2005 23:30

Bonsoir
En phase avec la grande majorité de vos idées, surtout pour l'autonomie mais il y a un mais.
Il faut se renseigner s'il est encore permis de construire ou de rebâtir une ruine si vous n'avez pas accès au réseau d'eau potable, je sais bien que vu vos (nos) idées vous ferez en sorte de polluer le moins possible mais le législateur dans sa grande bêtise veut nous obliger à nous racorder aux réseaux d'assainissement et donc ne délivrera pas de permis pour une nouvelle construction qui ne satisferait pas à ce diktat (il y a derrière tout cela une histoire de gros sous pour permettre d'enrichir les compagnies des eaux bien sûr)
votre solution trouver une ruine qui n'est pas techniquement raccordable
je viens d'en discuter avec un conseiller municipal qui doit fournir à la dde le bilan de toutes les constructions raccordables ou pas avant la fin 2005

sur ce courage, on arrivera bien à être autonome avec ou sans eux !

Archives

Articles récents